Le ‘festival du livre et des cultures libres’ de l’Espace Autogéré des Tanneries aura lieu les 3, 4 et 5 mai 2019 prochain. Cette année, bousculé-e-s par les derniers mois d’agitation, on a vu des perspectives et des idéaux différents défiler au coude-à-coude, des convergences improbables s’établir sur des rond-points. Alors, on se pose la question du lien et de ces envie de faire ensemble qui malgré tout nous animent.
Même si l’horizon du monde semble se refermer dans un chacun pour soi, même si l’individualisme se pose comme le grand gagnant des combats idéologiques; partout, on observe des aspirations au collectif. On s’organise en famille, en bande et en réseau. On se rencontre, on tisse des complicités et on forme des alliances. On est pris dans des petites ou grandes résistances partagées. On embrasse des fraternités fructueuses et des sororités subversives. On se prend la tête, on s’énerve et on se déchire, aussi. Dans un monde fragmenté, on cherche à s’associer, à s’attacher mais sans s’entraver. De la multiplicité des parcours, des vécus, des sensibilités émergent cependant des désirs partagés, des affinités effectives et des perspectives communes. On fait front, mais avec le feu qui nous anime personnellement.

Alors tout compte fait, qu’est ce qui nous (re)lie ? Qu’est ce qui nous fait sentir du commun, que ce soit dans un jardin ou sur un rond-point ? Pourquoi se supporte-t-on malgré tout ? Où pouvons nous aller chercher aujourd’hui des pistes d’émancipation collective ? Qu’est ce qui donne de la consistance à nos relations ? Et toi, quand est-ce que tu te lies au « nous » ?